Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 18:46

          Une nouvelle crise de nerfs en si peu de temps? Mais je bat tout mes records là. C'est dingue. Et comme si ça suffisait pas déjà, une charmante petite crise de nerf, il faut qu'elle soit, presque immédiatement, suivie d'une crise de boulimie.


Le bonheur.

Que dis je?

L'extase!

Que demander de plus?

Se faire écraser par la lunette des toilettes de la station mir? (si vous ne voyez pas à quoi je fais référence, cliquez ici, si vous voyez... Cliquezquandmême?)


          Parce que bon, mine de rien, ça faisait quand même un sacré bail que j'en avais pas fait. Attention, hein, quand je dis crise, je parle pas de mon habitude de manger des cochonneries dès que ça va pas, non. Ça, tout le monde le fait, et tout le monde n'est pas atteint même à degrés moindre de trouble alimentaire. Et heureusement. Non, moi, là, je parle de ce moment, quand on contrôle plus rien, quand on a envie de gerber mais qu'on continue de bouffer, encore et encore, même des trucs qu'on aime pas - moi je ne me suis jamais faite vomir, j'aurai au moins échappé à ça -. Je parle de quand le mouvement d'amener la bouffe à la gueule n'est plus qu'un geste compulsif qu'on ne maitrise absolument pas. Et c'est très flippant. Pour soi, parce que c'est une perte de contrôle totale sur son corps. Mais aussi pour ceux qui ont la malchance de nous voir faire.

 
Et me voilà entrain de péter un câble parce que pour x raisons, j'ai loupé mon foutu train. Ça n'a pourtant rien de grave. Ça n'avait déjà rien de grave il y a deux jour quand j'ai déjà craqué à cause d'un train loupé. Faut que je me calme.


Je suis vraiment débile.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 20:13

          Je me dégoute. Je me hais. Je m’abhorre. Je me répugne. Je ne comprends même pas comment je fais pour supporter d'être encore en vie. Comment les autres font pour le supporter. Il faudrait m'abattre. Je ne suis qu'un déchet grouillant, un parasite, une créature vile, laide, inutile. Je suis nulle.

 

Et je ne fais rien pour changer.

 

         Je ne sais pas si c'est parce que je n'y arrive pas. Je sais que je ne fais pas les choses bien. Je mens. Je me mens à moi-même. Car parfois c'est plus simple. Moins douloureux. Et les dieux savent que j'ai mon content de douleur. Je me voile la face, et pourtant j'ai bien conscience que je fais n'importe quoi au moment où je le fais -ou ne le fait pas, justement.- et que je n'ai que le résultat que je mérite. Je suis une ratée. Mais ça fait mal quand même. Je suis minable. Minable d'être obsédée par des choses sans importance. Minable d'être si paresseuse. Minable d'être si idiote. Minable d'être si incompétente, incapable.

 

Minable. Écœurante. Maudite. Répugnante. Méprisante. Lamentable. Perdante.

Écorchée. Abimée. Perdue. Torturée.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 16:45

         Toujours border line. Toujours sur le point de craquer. Pas foutue de bosser. J'ai la dose de retard. Des tonnes de dossiers et de révisions à faire dans un laps de temps de plus en plus cours. Je sais déjà que y a un truc que je rendrais aux rattrapages, avec sans doute pas mal d'autre trucs. Et je ne vois pas comment je vais réussir à survivre à mon futur deuxième semestre.

 

         Border line, oui sans aucun doute. Et ces putains de cartons à faire. Et ma mère qui gueule. Et les joies de la famille réunie pendant les fêtes. Doux mensonge que le mot fête. Il sous-entend tout sauf cette guérilla familiale dure et froide.

 

         Des larmes. Toujours et encore ces putains de larmes qui m'embrument les yeux. Ce crâne qui voudrait juste exploser. Qu'on en finisse, une bonne fois pour toute.


J'ai la nausée. Penser à ma connerie me révulse.

Pourquoi, POURQUOI J'Y ARRIVE PAS ?

Pourquoi je suis aussi MINABLE ?


         Je suis même pas foutue de réussir ne serait-ce qu'un truc dans ma vie ? Une vie sociale plus que foireuse, une vie amoureuse inexistante, une vie scolaire/professionnelle qui s'apparente de plus en plus à un échec, et une créativité qui plafonne à zéro ? Et le pire, c'est qu'au moins pour un, je suis seule responsable, c'est moi, et moi seule qui me condamne à rater mes études. Pathétique.

 

          Et au lieu de bosser, me voilà à l'ordi, depuis ce matin, à rien foutre. À vous emmerder vous qui me lisez peut-être (oui, oui, j'ai encore l'espoir ridicule que je ne m'adresse pas à un vide intersidéral, mais que quelques personnes me suivent et s'interessent à ce que je raconte. Ahah.)

 

          Qui s'étonera encore que je n'ai rien de prévu pour le nouvel an ? RIEN. Ah si, j'avais oublié, mon oncle à invité ma mère, qui ne veut pas y aller sans moi, histoire que je sois pas totalement toute seule. Donc au lieu de passer le dernier soir de l'année en tête à tête avec ma mère, comme tout les ans à une ou deux exceptions près, je vais le passer en compagnie d'adulte -par adulte je veux dire dans les 50 ballets.- à qui je n'aurais rien à dire. Parce que, évidement, mon cousin n'est pas là.

Quel changement fou dans le programme, n' est-ce pas ?

 

         Évidement, ma sœur aurait aussi pu me proposer de venir le fêter avec elle et April. Mais nan. Faut pas abuser quand même, C'est ma cousine qui organise, elle va pas m'inviter, moi, la gamine avec qui elle partageait ses couches culottes.

 

Moi amère et cynique ?

Je ne vois pas de quoi vous parler.

 

         Essayer d'éviter de penser que l'année dernière, ton tête à tête du nouvel an était le plus merveilleux de tous. Même si tu t'es forcé à manger de la biche (Poor Bambi's mother) cramée et à boire du champagne parce que ton Léonard chéri ne connaissait pas encore trop tes goûts.

 

PUTAIN je viens de dire de ne PAS penser !

 

         T'as raison, pensons plutôt à la deuxième exception, où tu as osé embrasser le meilleur pote de ton cousin qui a juste 6 ans de moins que toi.

 

T'es écœurante et pathétique ma pauvre fille, maintenant, ferme la.

 

Ah, et Joyeux Noël...

 

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 22:37

Si sortir du monde fait du bien... Y revenir est toujours difficile.

 

Quel besoin avais-je de retourner l'espionner sur Facebook aussitôt sortie ?

 

Pourquoi je m'obstine à souffrir à cause de choses aussi insignifiantes et ridicules ?

 

C'est vraiment n'importe quoi, ma fille.

 

Mais oui, pendant que moi j'étais en « clinique » pour me « reposer », monsieur Léonard allait bien tranquillement au restau' avec ses potes. Mais pas n'importe quel restau', nan, celui que je lui ai fait découvrir, qu'il connaissait de nom, mais n'y était jamais allé, celui au quel je l'ai emmené pour la Saint-Valentin.

 

Mais tout va bien.

 

Je respire profondément.

 

Ça n'a aucune importance.

 

Et puis, de toute façon, il ne sait même pas que tu n'allais pas bien à ce point.

 

Et même, c'est sa vie.

 

Calme-toi.

 

Ce serait bête de déjà re-péter un câble alors que tu viens tout juste de ressortir.

 

Non ?

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:49

Entre :

 

*Mon crétin de meilleur ami qui se met à aimer -plus exactement à revendiquer qu'il aime- Philippe (Hitman the Cobra) et Uncharted 3 -devant le quel il bave.-

*La bière au chocolat au Chocolate Bar.

*Les personages de Sonic the Hedgehoqui sont partout jusqu'à chez Flunch, à cause des 20 ans de Sonic et de la sortie du nouveau jeu Sonic Génération -D'ailleurs ce jeu est vendu avec un foutu bonnet hérisson bleu Sonic et à la foire, cette année y a masse de peluches Nintendo, genre Princesse Peach, Toad, Yochi, and Mario et Luigi of course, je les veux *u*-

*Ma grand-mère qui a des cailloux dans la vésicule et va donc subir une vésiculectomie -oui, je prefere en effet me concentrer uniquement sur le fait que c'est la même opération que Léonard, plutôt que de penser aux risques potentiels d'une opération, même bénigne, sur une personne agée, parce que sinon, c'est le freaking out total, puisque je ne peux tout simplement pas supporter l'idée de perdre ma mamie, ma seconde maman.-

Et ce putain de bouchon de merde qui m'oblige à déscendre de voiture au pied de son appart' et de finir mon trajet à pattes pour ne pas louper mon train.

 

J'ai comme la foutue impréssion que le monde entier, l'univers, se ligue contre moi dans ma vaine tentative pour oublier mon Léonard.

 

Je suis vraiment tarée hein ?

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 08:34

 

Halloween.

Samhain

Fête adorée. Fête abhorrée.

 

          Quand j'étais petite, j'adorais ce jour. Enfin, quand j'étais petite, c'est vite dit, j'ai pas besoin de parler au passé, j'adore toujours ce jour. Tellement, que dans ma famille on a été foutu d'inventer Halloween en été. Je veux dire, une excuse pour pouvoir me déguiser sans qu'on ne puisse rien me dire ? Je prends. Des bonbons gratuits à se faire sauter les plombages ? Tope là mon pote.


          Et même si cette période de l'année est, elle aussi, lié à de sacrés traumatismes, j'ai fait du porte à porte tous les ans, avec des déguisements plus ou moins originaux selon mon âge, et de plus en en plus vampirisant. Jusqu'au alentour de mes 18/19/20 ans, âges aux quels, sans petits à accompagner, on vous regarde bizarrement. Pourtant à 22 ans bien tassés -ah ah- et trois cheveux blancs, j'adore toujours autant et les bonbons et me déguiser.

 

         Mais depuis quelque temps, le destin a choisi de nous occuper différemment à cette date. Genre, en se débrouillant pour que des connards cassent le coffre de la bagnole de ma mère, et lui tire son sac, sur le parking du cimetière où est enterré mon grand-père - il y a deux ans- ou bien, en se débrouillant pour que d'autres connards cassent les vitres de cette même voiture, cette nuit. À Paris. Dans le 16ème.

 

Moi je vous le dis, le destin, le hasard, enfin toutes ces conneries, c'est des grands farceurs.

Sauf que faudrait peut-être leur dire que la même blague deux fois, c'est pas drôle.

 


Et si y a un petit malin qui me dit « jamais deux sans trois », je l’éclate.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 23:24

J'ai du mal à y croire.

 

         Soit il a comprit que c'était moi, et il joue, il s'amuse, il essaye de me faire sortir de mes gonds, me faire mal, pour que je me trahisse et que j'avoue que c'est moi à qui il parle.

         Soit c'est une technique de drague minable pour dire que oui il a largué une fille mais que c'était sa faute à elle, la méchante. -oui, ça veut dire ma faute à moi, finalement.-

         Soit il croit vraiment à ce qu'il dit.

 

Sincèrement, je ne sais pas ce que je préfère.

 

         L'homme que j'aime est soit quelqu'un d'assez méchant, soit un gros mytho, -dans quel cas, me diriez vous, je n'ai rien perdu, en le perdant- soit un crétin aveugle et idiot.

 

Pourquoi ?

POURQUOI ?

MAIS PUTAIN COMMENT IL PEUT DIRE DES CHOSES PAREILLES ?

 

          La raison pour laquelle Léonard m'aurait quitté ? Enfin la raison pour laquelle ses sentiments pour moi se sont évaporés comme neige au soleil, plutôt. Apparemment j'étais distante. DISTANTE. Bon pour être honnête, même si entendre ça, ça m'a fait vraiment mal, j'aurais été prête à le reconnaître, il se pourrait que je me sois montré distante sans le vouloir et sans m'en rendre compte, même si je ne le pense pas.

Mais l'exemple dont il s'est servi pour étayer sa thèse ?

 

Ahurissant.

Hallucinant.

 

          Il y a un bon moment déjà, j'ai parlé ici, entre deux lignes, de l'opération que Léonard devait subir, et qui m'angoissait assez, je dois le dire.

          Tenez vous bien. Pendant son opération, son séjour à l’hôpital, et sa convalescence, je ne lui aurait presque pas donné de news, sans parler du fait que je ne suis même pas allé le voir à l’hôpital. Et je n'aurais même pas répondu au mail de sa mère me donnant des nouvelles. En gros, d après lui, j'en avais rien, mais alors, rien à foutre, quoi.


Est ce juste moi que ça choque profondément ?


           Parce que l'autre version de l'histoire c'est que : la date de son opération est tombée pile poil pendant la semaine et demi de vacance de ma mère. Dès que je l'ai su, j'ai vu avec elle pour éventuellement la rejoindre à la maison de vacance de ma grand mère avec quelques jours de retard. On s'est un peu engueulé. Puis j'en ai parlé avec Léonard. Qui ma dit qu'il se ferait opérer a l'hosto du Havre et pas de Rouen. Qui m'a aussi dit de partir, parce que de toute manière ça serait galère que j'aille le voir vu que ça serait au Havre, et que ça valait pas le coup de m'engueuler encore avec ma mère. J'aimais pas ça. Surtout que ce crétin arrêtait pas de dire qu'il allait y rester. Je suis allez chez lui le plus longtemps possible avant son opération et mon départ en vacance. Et il était prévu qu'il vienne passé quelques jour avec nous le week-end d'après.

          Le problème, et il le savait, c'est que à notre maison de vacance, il n'y a pas internet, (ni téléphone fixe, ni télé) et qu'on capte que sur la pointe des pieds sur une chaise en équilibre sur une table orienté au sud est. Bon j'exagère mais vous saisissez l'idée.

 

          Le jour de l'opération, j'ai envoyé un message à sa mère pour savoir comment ça s'était passé, vu que lui devait être dans les vap' et qu'il n'aurait pas son tél avant le lendemain. Sa mère m'a appelé, mais est tombée directement sur le répondeur, et ma dit que tout s'était bien passé. Je lui ai renvoyé un message pour la remercier. Je n'ai pas reçu de mail, et même si c'était le cas, je n'aurais pas pu, ni le voir ni y répondre sans internet et sans 3G. Et dès le lendemain, j'ai bombardé, des que je captais un peu, mon Léonard de messages, aux quels il répondait plus ou moins vu qu'il était encore un peu HS (enfin je suppose que c'était pour ça.)

Peut être, je dis bien PEUT ETRE, que j'ai espacé très légèrement mes messages quand il ma dit que finalement il préférait ne pas venir me rejoindre, parce que j’étais triste et peut être un peu vexé. -et je l'ai été a nouveau très vite par rapport à ça.- Mais ça n'a pas pu durer longtemps, parce que je n'aurais pas supporté d'être sans nouvelles.

 

         Alors pourquoi j'ai pas l'impression qu'on ai vécu les même choses ? Pourquoi j'ai l'impression d'être a coté de la plaque ? Pourquoi pour la première fois ce soir, je le HAIS, lui ? Pourquoi j'ai si mal.

 

          Et le mieux , attention, c'est quand « elle » lui a dit que c'était un peu bizarre qu'une fille aussi -sois disant- distante lui dise qu'elle espère qu'il revienne, il m'a proposé deux possibilité :

Soit je ne me suis rendu compte de ce que j'avais que lorsque je l'ai perdu

Soit ça m’embêtait de n'avoir plus personne (mais « ouf' » il ne pense quand même pas que ce soit ça)


CRETIN !

MERDE !

 

 

Au moins maintenant, j'ai la réponse à la question que je me posais ce matin : « s'il s’intéresse à une fille qui est mon double -normal, puisque c'est moi-, qu'est ce qui n'allait pas chez moi ? »

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 22:14

          Des fois, je me dis que dans une vie antérieure, j'ai vraiment du être une putain de salope, du genre à avoir assassiner père, mère, frères et sœurs, à avoir fait cocu à tout le village et à avoir empoisonné les vaches de mon voisin. Et que, résultat, le moi de cette vie ci -ici, maintenant, le moi qui vous parle quoi, suivez un peu!- paye le prix fort pour tout les crimes passés. Question de Karma.

 

Parce que, sérieux,je ne vois vraiment pas pourquoi le sors s'acharne comme ça.

 

           Ou sinon... La vie est juste une belle garce, qui s'amuse à te faire des « cadeaux » par devant et des coup de putes par derrière.

 

En fait, c'est peut être les deux, tout simplement.

 

« Dharma, ma fille, Dharma... »

 

          D'un coté, j’apprends -oh merveilles- que je vais finalement toucher la bourse pour cette année. Ce qui est quand même une sacrée bonne nouvelle, vu l’état actuel de nos finances. Mais -et oui, évidement, il y a un mais, vous ne vous y attendiez pas, hein ?- je ne touche pas autant que je devrais, c'est à dire autant que ma chère sœur, à cause d'elle, justement, qui avait eu la merveilleuse idée de faire sa déclaration toute seule y a deux ans, même si en réalité, elle était toujours à la charge de ma mère. Ce qui fait que, si, aux yeux du Crous, E. à bien une sœur dans l'enseignement supérieure à la charge de sa mère- c'est à dire moi-, ce n'est pas mon cas. Génial, non ?

 

Et attendez, c'est pas fini, j'ai gardé le meilleur pour la fin.

Et la, je vous jure c'est du bon.

 

          Le jour où je recevais la notification de bourse, atterrissait aussi dans notre boite aux lettres une missive du tribunal.

 

*suspense, suspense*

 

           Je vous le donne en mille : mon connard de géniteur nous ré-ré-ré-ré-intente un procès pour ne plus payer la pension alimentaire. Après avoir été débouté trois ou quatre fois avec des arguments du genre « mes filles ne peuvent pas être assez intelligentes pour avoir eu le BAC, alors bon, le coup des études pour m'obliger à payer ça passe pas » où « E. change d'orientation comme de chemise, juste pour que je sois obligé de payer » parce que, oui, non seulement ont à eu notre BAC sans lui, mais avec mention, s'il vous plait, ce à quoi il ne s'attendait apparemment pas, et parce que oui, aussi, ma sœur à décidé de faire une licence de com' après avoir commencé un BTS d’esthétique, mais le juge à trouvé ça normal, Monsieur Mon Père a enfin trouvé l'argument IM-PA-RABLE ! Il a dilapidé/caché tout son fric -lors du dernier procès, il y a un an, il avait quand même près de 80 mille euros à investir pour monter sa société-, s'est débrouillé pour être au RSA -enfin, ne vous faites pas de film, le connaissant, il bosse bien tranquille au noir-, donc bah forcement, si officiellement, il touche moins que ce qu'il doit payer pour ses gosses, on ne peut rien faire. Il a gagné.

 

Quoi, vous disiez, la vie est belle ?

Mais oui tout à fait.

A condition d'être mon père.

 

Et le pire dans tout ça ?

          C'est que ce connard qui a participé à ma conception et aimerait bien se débarrasser de moi définitivement, me manque horriblement, et que je donnerais tout pour qu'il m'aime, pour qu'il ai envie de me prendre dans ses bras, moi sa fille, sa toute petite fille...

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 23:29

          Alors là, franchement, c'est vraiment abusé, avoir encore une nouvelle CONASSE amie sur Facebook, le lendemain du changement de photo de profil déjà c'est pas mal dans le genre, mais en plus publier la nouvelle vidéo de Norman « Femmes = Ovni » le même jour, faut pas non plus pousser mémé dans les orties. Surtout qu'elle a pas de culotte.

Crétin !

CrétinS !

          Nous, les femmes ? Des ovni ? Juste parce que vous n'êtes pas capable de nous comprendre ? - Attention, attention, je ne critique absolument pas la vidéo de Norman, qui est, on le sait, humoristique, et en effet, assez drôle, détournant nos comportements féminin pourtant très simple à expliquer, à l'aide d'une métaphore plutôt bien trouvée, non, là, je m'insurge avec raison contre le fait que Léonard l'ai, lui, trouvé son seulement drôle, mais aussi « tellement vraie » 'Foiré !


          Non, mais, comme s'il était dans une position à même de juger les femmes. C'est vrai que dans son geek world et avec ses potes ingés, il à beaucoup l'occasion d'en étudier, des femmes. Bon, okay, là, je suis peut être un peu méchante. Et pas hyper honnête non plus, vu que y a quand même une nana dans leur groupe d'ingés. Qui fait honneur à tout les stéréotypes de la blonde -d’état d’esprit- manucurée et sans culotte string. Jamais compris ce qu'elle foutait dans leur école, d'ailleurs...


          Enfin tout ça pour dire que moi, j'ai pas trouvé ça drôle du tout que mon Léonard trouve ça drôle et tellement vrai. Parce que finalement, la seule chose vraie de vraie dans cette foutue vidéo, c'est que :

 

Vous les mecs, vous ne comprenez vraiment rien aux femmes.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 22:15

 Là, je crois que ça devient grave. Je m'horrifie moi même.

          Mais bon franchement, aussi, faut pas abuser, changer à nouveau sa photo de profil au bout de deux semaines, alors qu'il n'en avait pas changé une seule fois en plus de 8 mois, c'est louche ! Et y a pas besoin de s'appeler Enola Holmes (La petite sœur de Sherlock, si si) pour savoir qu'il est évident que j'allais réagir. Et donc, que, lorsqu'il écrit dans sa phrase de profil qu'il a faillit se trancher le pied tellement il est pas doué, je me sente de très grande affinités avec cette chère Monica Geller/Bing de Friends (Celui qui avait des souvenirs difficiles à avaler ; épisode 8 ; saison 5) et que je me dise « eh merde, pourquoi il s'est raté ?! » ! Je veux dire, c'est justifié, n'est ce pas ?


          Sauf que, avoir envie de trucider les pouffiasses qu'il ajoute comme amies, et qui pourraient lui tourner un tout petit peu trop autour, j'en ai pas honte, c'est un processus normal, je serais même prête à le revendiquer. Mais vouloir le blesser lui, et physiquement en plus, ça, ça me travaille un peu quand même. Mais voilà, aussi, il m’énerve tellement. Il publie presque tout les jours des conneries sur Facebook, à croire qu'il est encore plus geek qu'avant. Vas y que je raconte ma vie, que je montre à quelle point elle est géniale, que je balance des phrases que seul mes potes peuvent comprendre... Et puis de toute manière qu'elle idée de se faire un thé tout seul alors que quand je lui en proposait, il disait qu'il aimait pas trop ça, hein ? À moins que ce soit pour une fille ? -TA GUEULE CERVEAU !-

 

Mais merde quoi, je ne lui manque même pas un tout tout petit peu, rien qu'en tant qu'amie ?

Partager cet article
Repost0